Association des Clubs
INNER WHEEL de FRANCE,

ANDORRE,
MAROC, ALGERIE, TUNISIE

Actualité

D.67 CLUB LENS HENIN BEAUMONT

Visite de l'Empire des roses

 

Tradition et modernité, l'Empire des roses, l'Iran du 19ème siècle, étendu du Golfe persique aux monts du Caucase, cède, sous la férule autoritaire de la dynastie Qajar installée sur le trône depuis 1779 , à l'attrait de l'Occident, prodigue en remarquables inventions, et exerce tout autant sa fascination sur notre génération romantique inspirée par les anciens récits cruels et sensuels des Mille et une nuits.

Faste et raffinement, dans leurs palais, dans leurs jardins bruissant de l'eau des fontaines, embaumés par l'enivrant parfum des roses, les shahs et leur cour cultivent un art de vivre servi par de talentueux artistes, mosaïstes, orfèvres, enlumineurs, musiciens, mais toujours menacé par les luttes intestines, les meurtres, les heurts et les conflits avec la toute puissante Russie au nord et l'Empire britannique en Inde.
Les roses sont éphémères, les Qajars s'éteindront en 1925, remplacés lors d' un coup d'État par Reza Khan qui fonde la dynastie Pahlavi.
Safran ou indigo, pourpre ou émeraude , les intenses couleurs d'épices ou de fleurs langoureuses de la somptueuse scénographie de Christian Lacroix vibrent dans l 'air saturé d'histoire et de beauté. Nous sommes ailleurs, au Golestan, le jardin des roses.

               

                                                                                     Claude Legrand

D. 69 CLUB BAYONNE-BIARRITZ-COTE BASQUE

MARCEL AYMÉ

D. 67 CLUB D' ARRAS

Catherine de Médicis 1519-1589 :

                                     Epouse et mère de rois

 


             Une conférence de Didier Ducatel a permis de cerner la personnalité de cette italienne, de mère française, épouse de roi et mère de 3 rois de France.
Italienne par son père, le duc de Florence, Laurent II de Médicis mais aussi française par sa mère Madeleine de La Tour d'Auvergne, elle est la nièce du pape Clément VII de Médicis.
Riche héritière de banquiers…, pourvue d'une confortable dot, le roi de France François 1er négocie son mariage avec son fils cadet Henri.
A 14 ans, elle devient ainsi la belle-fille du roi de France François 1er. À défaut d'être belle, la princesse est gracieuse, gaie, si différente de l'image sévère laissée à la postérité, de veuve vêtue de noir inconsolable de la mort de son époux pourtant …si volage.
Après plus de dix ans de mariage, Catherine met au monde dix enfants dont trois accèderont au trône : François II, Charles IX et Henri III.
Son époux devient roi sous le nom d'Henri II. Elle supporte la présence de Diane de Poitiers, maîtresse du Roi qui meurt lors d’un tournoi, en 1559. Elle défend avec acharnement, l'intégrité du royaume de France et de la dynastie.
A travers ses trois fils, elle manœuvre en ces temps de guerre civile, de guerres de religion et tente de réconcilier le parti catholique dirigé par les Guise et le parti protestant dirigé par les Bourbons.
En 1572, elle marie sa fille Marguerite de Valois, dite la Reine Margot avec Henri de Bourbon, chef des protestants futur Henri IV, mais laisse faire le massacre de la Saint-Barthélemy.
Femme cultivée, Catherine de Médicis a contribué à diffuser en France les mœurs et le goût italiens. Elle agrandit le Louvre, Chenonceau, construit le palais des Tuileries.
Sa devise était «Lacrymae hinc, hinc dolor» (de là viennent mes larmes et ma douleur).
Hors question de la juger en 2018. Elle est avant tout une femme de son temps. « Comme beaucoup de personnages emblématiques du passé, elle laisse après sa mort une image controversée. Une image tourmentée, sombre et quelque peu injuste, la coupable des tueries de la Saint- Barthélemy. La réalité est plus nuancée. Elle a sans doute commis des erreurs politiques mais sa marge de manœuvre est toujours restée très étroite ».
« Quelle image conserver de Catherine de Médicis ?
Une reine sans scrupule et cruelle ?
Une femme jetée au cœur des divisions politiques de son époque et malgré tout soucieuse de conserver la paix du royaume ?
Nous restent pourtant deux images.
Celle au Louvre de son "transi" trop macabre et décharné à son goût alors que son tombeau visible dans la basilique Saint-Denis la représente sereine, apaisée, dans son sommeil et dans l’éclatante beauté de sa maturité.


                                                     Nelly DUPRE

D. 67 CLUB DE LENS

La comédie musicale


      Les yeux brillent, les pieds frétillent, nous voilà sous le charme ! Ginger et Fred s‘envolent en souriant, glissent sans toucher terre dans « Swing time », la comédie musicale qui a rendu accro au genre Alain Zatti notre conférencier, et, à sa suite, nous entrons, ravis dans la danse !
Dès ses débuts, au commencement du 20 ème siècle, jusqu’à nos jours, la comédie musicale, servie magistralement par des artistes inoubliables, s’est adaptée avec brio aux nouveautés qui ont marqué cette période : Le jazz en 1920, le cinéma sonore en 1927, et a reflété l’évolution d’une société en mutation accélérée. Elle peut se faire satire sociale en 1933 à la suite de la grande dépression, avec « 42 ème rue » de Lloyd Bacon, historique avec « Show boat » de George Sidney en 1951, ou « Oklahoma » en 1943 devenu si célèbre que l’une de ses chansons sera adoptée comme hymne national par l’état du même nom, pétillante avec « Singin’in the rain » en 1952. Il peut bien y pleuvoir à seau, Gene Kelly mouille copieusement sa chemise dans des entrechats virtuoses en nous entraînant à sa suite sous un bien sympathique déluge et enchaîne avec sa partenaire Cyd Charisse, « the legs »des menuets échevelés. Ce monument du musical américain ne récolte cependant pas les oscars qui pleuvent en 1951 sur « Un Américain à Paris » de Vincente Minnellioù rivalisent de grâce et de talent Gene Kelly et Leslie Caron sur la musique de Gershwin.
C’est encore Vincente Minnelli qui fait danser en 1953 Fred Astaire et Cyd Charisse sous les ombrages nocturnes de Central Park dans « Tous en scène ». Et, la même année Howard Hawks réunit deux irrésistibles beautés, Marylin Monroe et Jane Russel, dans un duo sexy, le clou de sa comédie «Les hommes préfèrent les blondes ».
Frivole la comédie musicale ? Pas forcément ! En 1961 Robert Wise en fait avec « West side story » une somptueuse tragédie sublimée par la musique de Léonard Bernstein. À sa suite Milos Forman crée « Hair », une comédie engagée et un manifeste antimilitariste. À la fin des années 60 le public boude la scène pour le dernier divertissement à la mode, la télévision, ce qui n’empêche cependant pas Catherine Deneuve et Françoise Dorléac de battre les records d’audience, en 67, en revisitant le duo de Marylin et de Jane dans « Les demoiselles de Rochefort » sur la musique de Michel Legrand, et Barbra Streisand de contribuer au succès d’ »Hello Dolly » de Gene Kelly en 1969. En 1980 le talent déployé dans« All that jazz » de Bob Fosse lui vaut la palme d’or du festival de Cannes en 1980 et la même année « Starmania » de Michel Berger, le premier opéra-rock français est accueilli avec enthousiasme. L’Inde et le Bollywood deviennent le premier producteur de films musicaux dans les années 90 mais les authentiques « musicals » se font rares. Heureusement d’excellents cinéastes, Alain Resnais avec « On connaît la chanson », Woody Allen dans « Tout le monde dit Y love you » proposent des œuvres de grande qualité. « Moulin rouge » reste aussi l’une des exceptions et le charleston endiablé de Catherine Zeta-Jones et Renée Zellweger met un heureux point final au « Chicago » de Rob Marshall.

D. 67 CLUB AVESNOIS

A l’occasion de la soirée de la femme, Marie-Françoise POTIER , historienne nous retrace l’histoire de
EMILE PRISSE D’AVENNES


PRISSE D’AVENNES est un grand spécialiste de l’Egypte, il est certes moins connu que CHAMPOLLION ou MARIETTE , mais a contribué à la connaissance du monde Egyptien.
Si Marie-Françoise a choisi de nous le faire découvrir, c’est aussi parce qu’il est né à Avesnes, aux Bringuettes à Saint-Hilaire en 1807, dans une famille galloise catholique émigrée à l’époque de LOUIS XIV .
La famille PRICE OF AVEN, soucieuse d’intégration participe à la vie de la ville et francise son nom au XVIII° siècle.
Les parents d’Emile le voyaient juriste, il sera ingénieur arts et métiers, mais ayant soif d’aventures, il quitte la France pour l’Orient : la Grèce, la Turquie, l’Iran, l’Inde et enfin l’Egypte où il restera vingt ans.
Explorateur, ingénieur hydrologue au service du vice- roi d’Egypte, il devient, par passion, égyptologue orientaliste, botaniste, ethnologue et journaliste à la fois.
Il apprend l’arabe, revêt le costume oriental et s’intéresse à l’art arabe.
Il est l’auteur de nombreuses aquarelles et gravures, des femmes notamment, antiques, courtisanes ou nubiennes à qui il rend hommage.
Il est surtout célèbre, pour avoir, par souci de sauvetage, rapporté de Karnak des bas- reliefs de la chambre de TOUTMOSIS III et le PAPYRUS PRISSE, un des plus anciens manuscrits où sont consignés les conseils de vizirs à leurs fils pour bien diriger le pays. Ils sont au musée du Louvre.
Homme de grande culture, soucieux du bien de l’Egypte, il a aussi saisi l’importance de la photographie (il emmenait lors de ses missions son jeune ami photographe Athanose JARROT) et son œuvre est très précieuse pour la connaissance du monde arabe et du monde Egyptien.
Il a sa rue à Paris XIV° et à Avesnes dans la descente du Pont Rouge et son buste au musée du Louvre.


                                                                                                                         D. MOLLE

D. 67 CLUB DE LILLE

Un chemin… de Lille à Saint Jacques de Compostelle à pied.


     65 personnes du Nord ont eu le plaisir de cheminer avec Philippe BRAS lors de sa conférence organisée par notre club de Lille au 125 avenue Foch, à Marcq en Baroeul, le 15 février.


    Philippe BRAS, avec une carrière bien remplie : 37 ans au sein de l’armée de terre, dont 9 ans à La Légion Etrangère, dans l’Union Européenne et l’OTAN ; Général de Division, Chef de l’Etat-Major multinational du Corps de Réaction Rapide France à la Citadelle de Lille. Il s’est engagé notammentdans diverses opérations : en République Centrafricaine, au Gabon, au Tchad, en Bosnie Herzégovine, au Kosovo, en Macédoine.
Il nous dira cependant que sa plus belle aventure sera ce chemin de 111 jours qu’il entreprit avec son ami Thierry DELETOILLE, de Hem à Saint Jacques, le 1er Mars 2017.
C’est ainsi que, jeune retraité, il commença une retraite pleine de sens le Mercredi des Cendres, faite de rencontres avec des pèlerins de toutes nationalités.
Il énuméra alors les 10 commandements d’une préparation réussie avant dese lancer en confiance de Hem. Templeuve, Douai seront les 2 premières étapes, puis Vézelay, Le Puy, qu’il atteindra le Vendredi Saint pour assister à la messe. 1500 kms encore, les attendent pour atteindre Saint Jacques.
Ce défi spirituel sera un pèlerinage, jonché de silences, de méditations, de prières, de lectures de textes bibliques. Un défi où l’amitié permet de supporter la longueur : 2400 kms, et la lenteur : 4kms/heure. 20 à 25 kms par jour permettront le Lâcher Prise, la Contemplation de la Nature, l’Ouverture aux rencontres et composeront les étapes d’une aventure extraordinaire de 3mois et demi.
L’auditoire subjugué par ce récit, était composé de André SOLEAU, Président du Rotary Club de Lille, de son épouse Annie et des amies des club de notre District venues en nombre.


Un cocktail, préparé par notre club, anima ce moment de partage, au terme de cette soirée organisée au profit des Associations : FRATERNATIVE et A BRAS OUVERTS.

 

D. 69 BBCB

D. 67 CLUB DE LENS HENIN BEAUMONT

Les piliers de l’univers


Ils parlent entre eux, se portent secours lorsqu’ils sont malades, s’avertissent des dangers, gèrent leur reproduction et leur croissance.


Les mythes le savaient depuis fort longtemps. Le chêne sacré de Dodone bruisse des oracles de Zeus. Les Héliades, transformées en peupliers pleurent éternellement la mort de Phaéton, leur frère. Changée en laurier grâce à son père le fleuve-dieu Péné, Daphné échappe de justesse aux transports amoureux d’Apollon. Le chêne sacré de Déméter saigne sous les coups d’Erysichthon qui en sera cruellement puni. Yggdrasil le frêne relie les trois mondes de l’univers, ciel, enfer et terre. Le mélèze de Sibérie emporte les défunts jusqu’à son faîte, le nid primordial.


Ronsard, l’Arioste, Le Tasse les font chuchoter, supplier, consoler.


Ils nous ressemblent comme des frères : tête chevelue, branches tendues vers le ciel comme des bras en prières, et leurs racines sont nos pieds !


Ils nous ont donné leur bois pour édifier châteaux, cathédrales et caravelles, pour nous réchauffer, nous réunir autour des flammes durant les longues soirées d’hiver, leur écorce pour écrire, tanner, nous vêtir....

 

Lire la suite dans fichier ci-dessous

D 67 CLUB D'ARRAS

Chercher et trouver la perle rare !!!


De nombreuses Inner Wheel et d’invitées, grâce à la Présidente d’Arras Véronique Lestavel étaient présentes pour la conférence de Jacqueline Carème responsable de la joaillerie Dael & Grau d’Arras.


Avec à l’appui une mallette remplie de fabuleux et précieux trésors (coquilles de nacre, colliers, bobines de soie et aiguilles dans leur antique écrin pour… enfiler les perles), la spécialiste a répondu aux multiples questions sur les perles, produits organiques (nacre) issus de créatures vivantes (mollusques)
Origines, différences entre perles fines (naturelles), de culture (avec intervention de l’homme), de Tahiti, d’eau douce, formes (ronde baroque goutte), lustre (brillance), couleur de base blanche, argent, crème, or, verte, bleue, noire et le fameux orient semblable aux teintes arcs en ciel, la perle a été étudiée sous tous ses aspects.
Non une perle ne meurt pas, toucher de la soie en faisant rouler une perle sous ses doigts est une assurance de sa beauté et de sa qualité, bref une partie de l’auditoire est repartie en se disant et si je « ressortais » mon collier de perles alors que l’autre se rappelait la jolie citation de Madeleine Chapsal dans Mère et filles (1992)


« Les femmes sont comme les perles, elles ont besoin d'être proches les unes des autres pour conserver leur éclat ».


Nelly DUPRE

 

D. 70 CLUB DE TOULOUSE GARONNE

LA NOURRITURE DE L’AVENIR

 

 


C’est un apéritif très original que nous avons dégusté lors de notre réunion statutaire. Nous recevions, Julie GERVREAU, Directrice Générale de MICRONUTRIS pour une conférence très instructive.
C’est en 2011, qu’un entrepreneur, un ingénieur en biologie et un ingénieur agronome lancent la première ferme européenne dédié à la production d’insectes pour l’être humain.
La FAO préconise la consommation d’insectes d’élevage afin de faire face aux enjeux alimentaires futurs.
En effet cette production permettra de nourrir l’humanité sans détériorer l’environnement :
pas d’effet de serre, très peu d’eau nécessaire, très peu de nourriture, contrairement à l’élevage bovin.
Et les insectes sont source très riche de protéines, trois fois plus que la viande. Ils contiennent également de la vitamine B et C, du Fer, Magnésium et Phosphore. Déjà 2 millions d’hommes consomment des insectes, principalement en Asie et en Amérique du Sud.
En 2050, nous aurons à nourrir 9 milliards d’humains contre 7 à l’heure actuelle. Plusieurs pistes sont envisagées, les protéines végétales, la viande de synthèse, la spiruline et les insectes.


MICRONUTRIS élève des grillons et des ténébrions (vers de farine). Les grillons sont nourris avec un mix de céréales bio et les ténébrions avec des carottes bio. Ils produisent une tonne d’insectes par mois.
Outre l’élevage, Micronutris assure la transformation. Elle réduit en poudre les insectes pour la fabrication de pâtes alimentaires, de gâteaux salés ou sucrés. Elle commercialise également les insectes nature aromatisés au curry, thym, pour l’apéritif.


Et nous avons eu le privilège de pouvoir goûter ces petites bêtes et je dois dire que c’est bon, craquant, avec un léger arôme de noisette. Même l’aspect n’est pas si rebutant.
Nous voilà prêtes pour cette futur révolution alimentaire.
Les produits MICRONUTRIS sont certifiés ISO 22000 et sont présents sur trois continents, ils Sont vendus dans les magasins BIO en France (BIOCOOP).


BON APPETIT
                                             ANNICK BROCART (éditrice)

D.68 CLUB DE REIMS

• La Femme Remarquable du mois : Eleanor Roosevelt ( 1884- 1962 )

 


Portrait d'une dame pas vraiment comme les autres. Issue de l'élite New Yorkaise, rien ne la prédestinait à faire carrière dans un domaine qui n'appartenait qu'aux hommes.
Elle épouse un cousin éloigné (Franklin Delano Roosevelt ) à l'âge de 20 ans et mène une vie très conforme à sa classe sociale. Ce n'est qu'à partir de 1919 (à l'âge de 34 ans) qu'elle s'investit dans différents combats (les femmes et le pouvoir / le racisme / la pauvreté / la guerre / et les Droits de l'Homme).
Dotée d'une intelligence remarquable et de grandes qualités de cœur, elle joue un rôle important auprès de son mari lorsqu'il devient Président.
Mère de six enfants, elle refuse d'être réduite au silence, elle encourage les femmes à s'affirmer dans ses chroniques ou les éditoriaux du Women's Democratic News. En 1946 elle est nommée déléguée aux Nations Unies par le Président Harry Truman. Elle est nommée Première Dame du Monde par Harry Truman pour avoir œuvré toute sa vie à faire respecter les Droits de l'Homme.
A la tête de la Commission des Droits de L'Homme, elle a joué un rôle décisif dans la rédaction de la Déclaration des Droits de L'Homme en 1948.

 

 

Women are like teabags. We don't know our true strength until we arc in hot water! E. ROOSEVELT

 

 

D. 67 CLUB ARRAS Conférence de Gilles LEFORT, meilleur ouvrier de France en photographie

« Capture de l’image à travers les siècles – de la grotte de Lascaux au Robot Curiosity »

 

 

Gilles LEFORT nous raconte l’évolution entre les premiers dessins trouvés dans les grottes représentant l’image d’un temps donné, les traités sur l’optique par Aristote et Alhazen. Au XVIème siècle, Léonard de Vinci décrit la chambre noire dite caméra obscura, technique dont se sont servis certains peintres. Puis le petit trou (appelé sténopé) de cette caméra obscura sera équipé d’une lentille de verre (objectif). Ainsi, les bases de l’appareil photographique étaient posées.

Il restait un problème, fixer l’image sur un support. Et c’est à partir des années 1830, avec Nicéphore Niepce et Jacques Daguerre que tout va se concrétiser, grâce à leurs recherches et quelques produits chimiques. La photographie était née.

La progression va être très rapide, des appareils photos de plus en plus perfectionnés, le cinéma, l’imagerie médicale. La saga Kodak, les Polaroïd, toute une industrie se développe dans le monde entier.

Et puis, le numérique est arrivé, les pellicules disparaissent au profit de disques magnétiques réutilisables et de cartes à puces. En 2004, la photographie argentique a définitivement disparu.

Des branches entières de métier, sont impactées.
Les photographes professionnels, évidemment, lors de nos évènements familiaux, nous les remplaçons par nos appareils photos numériques et téléphones portables.
Ainsi que les entreprises qui développaient nos photos et celles qui leur procuraient tous les produits chimiques nécessaires.
Mais aussi, les imprimeurs, désormais, nous pouvons créer, nos propres albums photos, nos cartes de visites, nos faire-part de mariage, de naissance, tout est personnalisable et imprimable chez nous.
Et même, télécharger des livres sur nos liseuses et ordinateurs.

Par contre, cette transformation est une révolution positive pour l’imagerie médicale, des progrès considérables ont été réalisés (Scanner, IRM…).

La robotisation avec du matériel très avancé, nous a permis de découvrir des images de l’espace et de planètes où pauvres terriens que nous sommes, nous ne mettrons jamais les pieds.

Nous vivons désormais avec la transmission de l’image en temps réel.

Avec Internet, nous sommes citoyens du monde et les plus belles images comme les pires sont à la portée de nous tous sans aucune limite et dans l’instant.

 

Nous remercions Gilles Lefort pour cette belle intervention.

 

D. 70 CLUB DE FIGEAC EN QUERCY

CONFERENCE DU DOCTEUR JACQUES TRICOIRE

sur l'ASSOCIATION A.M.K.

Aides Médicales Kassoumaye

D. 71 CLUB D'ANNECY

POURQUOI LES FEMMES SONT ELLES SUPERIEURES AUX HOMMES ?

 

Par le Dr Loïck ROCHE

D. 71 CLUB ANNECY

Le ventre, notre 2eme cerveau par le Pr KUCERA

D.67 CONFERENCE SUITE A L'AD 28 JANVIER 2017

Conférence de Maître May, Commissaire Priseur

 

deux angles abordés : la profession et le marché de l’Art en 2017.

D. 66 AU CLUB PARIS LA DEFENSE

ET SI L’ON RIAIT ……..

 

CONFERENCE du 17 Janvier 2017
donnée par DR Patricia PRINCET Psychiatre des Hôpitaux
CHS FAINS VEEL 55000 BAR LE DUC France
Présidente du Rotary Club Bar le Duc

D. 65 CLUB DE VANNES
DIMANCHE 10 JUIN : RALLYE
les « 15 Travaux de la TransMorbihanique ».

Télécharger le fichier

D. 67 CLUB AMIENS
DIMANCHE 3 juin VISITE DE JARDINS et CONSEILS de 10h à 19h. à Saint Fuscien, 6 rue de Boves / Entrée libre

Télécharger le fichier

D. 73 CLUB SAINT RAPHAEL ESTEREL
DIMANCHE 3 JUIN au Domaine du Bercail à Puget sur Argens

Télécharger le fichier

D. 73 CLUB AJACCIO
DIMANCHE 3 JUIN au 1 Bd Fred Scamaroni à Ajaccio

Télécharger le fichier

D. 73 CLUB BANDOL
SAMEDI 2 JUIN à 14 h 30 à LA CIOTAT
TOURNOI DE BRIDGE

Télécharger le fichier

D. 68 CLUB REIMS
SAMEDI 2 JUIN DE 9 h à 12 h.

Télécharger le fichier

Actions

Dans nos clubs
- PLUS A LIRE SOUS "toutes les actions "

Nationales

Internationales

© Site officiel de l'association

Réalisé par Création de site internet - Agence de Saint Malo - Cognix Systems sur Site web dans le domaine de la plomberie | Mentions légales | Contact | Imprimer