D68 - CLUB DE STRASBOURG

Une jeune femme de 28 ans, kurde, Nadia MURAD, courageuse, discrète, déterminée, exfiltrée d’Irak, réfugiée en Allemagne, devrait être inscrite au Panthéon des héroïnes du XXI ème siècle.
Nadia fait partie de la communauté yézidie, minorité confessionnelle monothéiste et a vécu sa jeunesse à Kocho, petit village situé à l’ouest d’Irak.
Le 15 août 2014 l’horreur commença…
L’Etat islamique d’Irak et du Levant , aussi appelé Daech (organisation terroriste, militaire et politique, d’idéologie salafiste) entra en action pour tuer ou kidnapper l’ensemble des habitants de Kocho.
Les hommes qui refusaient de se convertir à l’Islam rejoignaient dans la mort les femmes jugées trop vieilles pour servir.
Sous les yeux de Nadia, sa mère a été assassinée et jetée dans la fosse commune.
La jeune Yézidie est emmenée à Mossoul avec des milliers d’autres jeunes filles pour y être vendue.
Elle sera esclave sexuelle, servante battue et assistera à des viols collectifs.
Nadia réussira une fuite miraculeuse grâce à une famille irakienne sunnite, qui accepta de l’héberger et lui permit de fuir grâce aux papiers d’identité de leur fille. Grâce à son frère éloigné de Kocho, grâce au passage au camp de réfugiés dans le Kurdistan et grâce à une organisation d’aide aux Yézidis, elle a pu rejoindre l’Allemagne.
Amal Clooney, célèbre avocate internationale, spécialisée dans la défense des droits de l’Homme, prit en 2015 Nadia sous son aile.
Maître Clooney implora le Conseil de Sécurité des Nations Unies de bien vouloir intervenir contre l’Etat islamique , accusant le groupe
terroriste de génocides contre les Yézidis.
Après de nombreux rapports, analyses juridiques, discours et interventions auprès des membres du gouvernement irakien et des membres du Conseil de sécurité de l’ONU, l’avocate obtint enfin gain de cause.
Le Conseil de sécurité adopta à l’unanimité une résolution déterminante, instituant un groupe d’enquête chargé de rassembler les preuves des crimes commis par l’Etat islamique en Irak.
Les preuves seront conservées et les membres de l’EI pourraient être déférés en justice à titre personnel.
Nadia sera nommée en 2016 Ambassadrice de bonne volonté des Nations Unies pour défendre la dignité des victimes du trafic d’êtres humains.
Elle obtint le prix Vaclav Havel décerné par le Conseil de l’Europe et le prix Sakharov décerné par le Parlement Européen.
Nadia déclara, au moment de la remise du prix Sakharov : « cette récompense est un message puissant à notre peuple et aux plus des 67000 femmes, filles et enfants devenus des victimes de l’esclavage et du trafic humain de l’EI. Le génocide ne se répètera pas. »
Meurtrie et malgré les humiliations subies, elle décida de prendre la plume pour tout raconter. C’est un témoignage puissant et bouleversant.
Son livre « Pour que je sois la dernière. » écrit en collaboration avec Jenna Krajeski, préfacée par Amal Clooney, obtint en 2018 le Prix
Nobel de la Paix.
Nadia a été reçue à la Maison Blanche par le Président Trump.
Un film documentaire américain lui est consacré.
Nadia Murad ne tient pas à être célèbre, elle n’a qu’un seul souhait : être la dernière fille au monde à avoir à raconter une histoire pareille.
Elle a écrit ce livre, non pour elle, puisqu’il est déjà trop tard, mais pour tous les Yézidis et pour toutes les femmes dans le monde victimes de violences.

Danielle Foltzer - Inner Wheel Strasbourg
« Pour que je sois la dernière. » PRIX NOBEL DE LA PAIX 2018 - de Nadia Murad
Avec Jenna Krajeski - Préface d’Amal Clooney - Traduction par Odile Demange - Editeur Librairie Arthème Fayard - Dépôt légal février 2018